Commune de
Le Roc Saint André

Le patrimoine

Augmenter la taille des caractèresRéduire la taille des caractèresEnvoyer à un amiImprimer la pageS'abonner au flux rssPartager cette information
L'EGLISE SAINT-ANDRÉ et ses vitraux

Avec son haut clocher cornouaillais, l'église néo-gothique du Roc Saint André s'inscrit dans le grand mouvement de reconstruction des églises qui marque le XIXème siècle. Son architecte, Arthur Regnault ne dessina pas moins de 70 plans d'églises bretonnes !
L'édifice, bâti sous l'impulsion de l'abbé Pirio, recteur de la paroisse, domine un promontoire rocheux. Il remplace l'église du XVIème siècle rasée en 1901 pour cause de vétusté.


LA NEF

Outre l'appareil de brique qui constitue la voûte, la nef de l'Eglise fait appel à des techniques nouvelles, en particulier dans le système de retombée de voûtes.
L'architecte a en effet scandé la nef de contreforts intérieurs qui recoivent les voûtes d'ogives, soulageant ainsi les murs gouttereaux, une technique qui fait de l'architecte Regnault un authentique novateur.


LE PONT

Au XVIIIème siècle, le Duc d'Aiguillon, commandant en chef de la province, entreprend la rénovation du réseau routier en Bretagne. Vers 1760, il décide de remplacer le pont de bois qui enjambe alors l'Oust au niveau du Chateau du Crévy, par un beau pont en pierre de treize arches qu'il situe en amont du premier. Le pont est remanié au XIXème siècle pour permettre le passage du Canal de Nantes à Brest.


LE MANOIR DE LA TOUCHE CARNE

Le manoir de la Touche Carné reflète bien ce qu'était la vie ségneuriale aux alentours de 1400. Il appartient alors à la maison de Carné, puis passe aux mains des Rogiers en 1638, puis au XIXème siècle aux Du Breuil De Pontbriand. Au rez de chaussé du corps de logis principal se trouve une vaste salle servant à l'exercice du droit de haute justice. une fonction que rappelle le nom d'un champ tout proche dit la "Lande de la justice". L'étage, réservé à la vie privée, est divisé en deux parties pourvues chacune d'un foyer. Les salles hautes, situées sous les combles, ont disparu au XVIIème siècle.


LA CROIX DE LERY

Cette croix fait partie des dix anciennes croix du village appelées "croix des chemins". Elle pourrait devoir son nom à Saint Léry, lequel, après avoir évangélisé la région, finit ses jours vers l'an 660, dans un monastère qu'il avait fondé en forêt de Brocéliande. Cette coirx monolithe porte les lettres IHS et sur son socle l'inscription "Vous qui avez le coeur de Marie gravé ne passa NC DREAM AVE - 1705".

 


LE MAITRE AUTEL

Dans un souci d'harmonie, l'architecte s'interesse également au mobilier qui décore ses églises. Ainsi commande-t-il le fer forgé du retable de l'église Saint André à Monsieur André Le Dréan. La réalisation de la chaire et du maître autel est confiée à Messieurs Tréguoët et Plédran, lequels, fidèles au style néo-gothique, exécutent ce dernier en calcaire.
 


LES TOILES DE SAINT BENOIT & SAINT ROMUALD

L'architecte Regnault receuille ces deux tableaux provenant du monastère de Camaldules de Roga de Saint Gognard et les remet en valeur. Tous deux; signés et datés (L'hermitais Pinxit 1738), représentent un saint en prière. Le premier saint, jeune en robe noire ; l'autre, vieux, barbu, en robe blanche caractéristique des ordres bénédictins réformés auxquels appartiennent les Camaldules.



LE MANOIR DE LA VILLEDER

Le chateau de la Villeder relève d'une très ancienne seigneurerie ayant droit de justice haute. En 1340, cette seigneurerie appartient aux Guilard puis passe de mains en mains pour échouer à la puissance famille de Kermeno au XVIIème siècle qui elle même le cède. En 1878, après plusieurs ventes, le manoir est acquis par les Boisbaudry dont ont retrouve le blason sculpté sur la façade. Ce château, avec de part et d'autre des communs du XVIIIème siècle, est l'un des plus importants du canton. Au XVIIème siècle, la famille Kermeno fait construire sur une structure plus ancienne la façade telle qu'elle apparaît aujourd'hui. Certaines inégalités dans les groupes de travées rappellent la contrainte imposée par la structure prééxistante : derrière le toit pointe la tour de l'ancien manoir, englobée dans la nouvelle construction.

LA FONTAINE DE LA DÉVOTION

Cette fontaine est couverte en plein cintre. Sur le mur du fond est creusée une petite niche qui abrite une statue de Saint André.
 


LE MANOIR DU VAL NÉANT

Seigneurerie avec manoir et chapelle privée, appartenant dès le XIVème siècle à la maison de Néant, puis aux Poullain qui semblent l'avoir vendu à la fin du XVIIème siècle à la famille Le Douairain.

LA MINE DE LA VILLEDER